Connexion    
 ou Enregistrement
  • Accueil
  • Pyrene HandBall Tarbes Louey Juillan

Parcourir ce sujet:   1 Utilisateur(s) anonymes



« 1 2 (3)


Re: Les coupes d'europe: c'est ICI
Modérateur
Inscrit:
13/02/2008 18:09
De Lanne
Groupe:
Animateur Site
Post(s): 4458
Niveau : 49
HP : 242 / 1214
MP : 1486 / 34656
EXP : 59
Hors Ligne
LdC (M)
Montpellier et Nantes visent les huitièmes
le 3 mars 2017,
Deux clubs français sont en lice ce weekend pour décrocher un billet pour les huitièmes de finale de la Champions League, et ainsi rejoindre le Paris Saint-Germain, déjà qualifié.

« On est parmi les vingt meilleurs clubs du monde. » Résumé en neuf mots par Thierry Anti, voilà actuellement où se trouvent Montpellier et Nantes à l’heure d’aborder leurs barrages de Champions League. Après avoir fini premiers de leurs poules respectives, les deux clubs français vont affronter les Ukrainiens du Motor Zaporozhye pour les uns et les Espagnols de Naturhouse La Rioja pour les autres, en matchs aller-retour, pour rejoindre le cercle des seize derniers clubs en lice. Ce sont les Héraultais qui ouvriront le bal demain après-midi du côté de Kharkov face à Zaporohye. « C’est une grosse équipe, mais je suis assez d’accord avec Patrice Canayer quand il dit que c’est une équipe que nous devons battre si nous voulons exister dans cette Champions League » nous disait ce matin Valentin Porte, depuis l’Ukraine. « On aimerait bien revenir avec une victoire mais nous restons prudents, c’est une équipe que Nantes n’a jamais battu et qui, physiquement, met un très gros impact ». Le MHB semblait intouchable depuis début 2017, mais est retombé lourdement au sol à Chambéry mercredi (30-33). Complètement à la rue en première période, notamment défensivement, les Montpelliérains ont rebondi en fin de match, sans l’emporter. « Cette défaite pique un peu, tout le monde s’est troué en même temps et au final, on voit qu’on n’est à l’abri de rien. Donc, surtout, n’abordons pas le match de demain avec trop de confiance » plaide Porte. En face, l’équipe ukrainienne, à l’image de Shelmenko, Malsinskas et Pukhouski, ses trois arrières, a une grande expérience de la Champions League. Et saura profiter du moindre faux-pas montpelliérain.
La Rioja, pas beaucoup plus simple que Zaporozhye

image: http://handnews.fr/wp-content/uploads/2017/03/M8A4453-300x200.jpg
Pour Nantes, la situation est peu ou prou la même, la défaite de mercredi en moins. Le voyage en direction de Logrono a été long mais la victoire à Toulouse (30-24) a permis de faire passer un peu la pilule. « Ce déplacement là n’est pas simple, la région fait du très bon vin mais n’est pas très bien desservie. Mais on s’adapte, on est trop content d’être en Champions League » expliquait Thierry Anti mardi dernier. Partis mardi en direction de Toulouse, les Nantais ne rentreront à la maison que lundi soir, moins de 48 heures avant la réception de Créteil. Mais l’heure n’est pas à la plainte mais plutôt à la concentration car les adversaires ont des arguments à faire valoir. Si Zaporozhye a fait tomber Nantes en phase de poules, la Rioja a renversé Montpellier au match aller (31-30) avant de s’effondrer au retour à Bougnol (27-37). « Mais attention, c’est une très belle équipe et celle que nous allons affronter n’aura pas grand-chose en commun avec celle qui avait perdu à Montpellier sans quelques joueurs majeurs. Il y a quelques jours, Barcelone a eu toutes les peines du monde à l’emporter de quatre buts contre eux » analyse Anti. Face au seul vrai gros morceau de son groupe, qui l’a accompagné dans la qualification, Nantes a concédé un nul et une défaite en phase de poules. Pour faire partie des seize meilleurs clubs du monde, il va falloir faire mieux.
Le programme des barrages :

Samedi 04.03
Motor Zaporozhye – Montpellier à 17h00, en direct sur beIN Sports MAX 9

Dimanche 05.03
Naturhouse La Rioja – Nantes à 20h00, en direct sur beIN Sports 3

Contribution le : 04/03 10:16:34
_________________
"Répéter n’est pas recommencer". D.Constantini
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Les coupes d'europe: c'est ICI
Modérateur
Inscrit:
13/02/2008 18:09
De Lanne
Groupe:
Animateur Site
Post(s): 4458
Niveau : 49
HP : 242 / 1214
MP : 1486 / 34656
EXP : 59
Hors Ligne
LDC (F) -Tour principal
Bucarest décroche son ticket pour les quarts
le 4 mars 2017,

image: http://handnews.fr/wp-content/uploads/2017/03/IMG_1489.jpg

Crédit: EHF

Match important dans le groupe 2 de cette Ligue des Champions. Bucarest recevait Krim, deux adversaires directs pour la qualification en quarts de finale. Les Roumaines l’ont finalement emporté et prennent de l’avance au classement sur les Slovènes (28-26, FM).

Retrouvailles entre anciennes coéquipières sur le parquet de Bucarest. Nina Jericek et Camille Ayglon-Saurina, deux anciennes de Nîmes s’affrontaient dans le tour principal de la Ligue des Champions. Un match capital dans la course à la qualification dans la mesure où les Roumaines étaient 4e avec 7 points et Krim 5e avec 6 points avant la rencontre. La victoire était synonyme de qualification pour les coéquipières de Gnonsiane Niombla. Pourtant ce sont les locales qui rentrent de la meilleure des manières dans le match. S’appuyant sur une bonne 0-6 elles récupèrent les ballons pour les monter et creuser l’écart (3-0, 4′). Mais les Slovènes n’étaient pas venues pour figurer. C’est pour cela que peu à peu l’intensité défensive monte. Cela leur permet de jouer pleinement leur jeu rapide avec Aneta Benko qui bien qu’elle soit droitière endosse bien le poste d’ailière droite et de Ines Amon sur le côté gauche (9-9, 17′). C’était juste ce qu’il fallait pour réveiller Unguraneu dans le but de Bucarest et Bella Gullden à la mène. A elles deux elles tiennent leur équipe. La meneuse suédoise est en effet impeccable tant à la passe qu’au tir avec un beau 6/6 à la pause. La gardienne quant à elle comptabilise 8 arrêts au moment de regagner le vestiaire (14-12, MT).
Gullden sniper

Cette courte avance, les Roumaines la gardent qu’un temps. La défense slovène se resserre clairement et pousse les coéquipières de Bella Gullden dans leurs retranchements, souvent poussées à tirer sous la pression du refus de jeu (20-22, 44′). Unguraneu un peu moins efficace est remplacée par Grubisic qui fait une belle entrée. De quoi relancer les siennes qui exploitent à merveille le jeu rapide avec Carmen Martin à droite qui en profite (24-22, 48′). La fin de math est bien gérée par Gullden (10/11 au final) et les siennes qui marque un dernier but anecdotique pour sceller le score et assurer la victoire (28-26, FM). C’est donc une belle opération pour la qualification que fait le CSM Bucarest en creusant l’écart avec leur concurrent direct.

Contribution le : 04/03 10:17:31
_________________
"Répéter n’est pas recommencer". D.Constantini
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Les coupes d'europe: c'est ICI
Modérateur
Inscrit:
13/02/2008 18:09
De Lanne
Groupe:
Animateur Site
Post(s): 4458
Niveau : 49
HP : 242 / 1214
MP : 1486 / 34656
EXP : 59
Hors Ligne
Week-end européen

Samedi et dimanche, pas moins de sept clubs de l’hexagone seront engagés dans les différentes coupes d’Europe. Des rencontres à suivre pour l’essentiel sur beIN SPORTS et sur la chaîne l’Equipe pour le choc du quart de finale aller de la Coupe EHF entre Brest Bretagne HB et Rostov Don qui marque le retour au pays de Frédéric Bougeant.

Coupe EHF féminine
- Samedi 4 mars à 18h30 - En direct sur l’Equipe - Brest Bretagne HB - Rostov Don (Rus) : (retour le 11 mars à 16h)
- Samedi 4 mars à 19h : TuS Metzingen (All) - Nantes Loire Atlantique HB : (retour le 12 mars à 18h)

Fred Bougeant : « un accueil all-star »
Fred Bougeant avait quitté la scène hexagonale du côté de Metz, le 28 mai 2016, sur une finale retour de LFH (perdue 29-27) où son club, Fleury-Loiret HB, à bout de souffle, avait manquer de peu de s’adjuger une 2e couronne nationale après celle de 2015. Même s’il évoquait déjà des contacts avec des clubs étrangers, son avenir ne se dessinait pas encore concrètement. C’est en décembre, après une escapade à Stockholm pour assister au dénouement de l’Euro, que l’info tombait finalement : Frédéric Bougeant devenait le premier coach français à prendre en main un club étranger. Et pas n’importe lequel : le club russe du Rostov Don, l’une des plus grosses cylindrées européennes. « Après 20 années de coaching, je suis venu chercher à 42 ans cet inconfort qui réside dans l’obligation rapide d’avoir des résultats, explique le coach qui a officié pendant 14 années en LFH (ou D1) avec Le Havre puis Fleury-Les-Aubray. J’ai cumulé 75 % de victoires lors de cette période. Les dirigeants russes savaient tout de mon parcours et connaissaient ma capacité à développer. » À Rostov, au Sud de la Russie, le coach s’est rapidement accommodé d’une atmosphère qui lui sied bien. « Je retrouve l’ambiance familiale que j’ai connu au Havre jusqu’en 2010, avec des valeur fortes. Ici je dispose de ce qu’il faut pour bien travailler. » Bilingue français-espagnol, Frédéric Bougeant doit désormais trouver les bons mots en anglais pour faire passer ses messages. « Dans un tel changement, il y a aussi une violence temporelle mais c’est une aventure d’une grande richesse. Tous les rituels, tu les jettes et tu navigues à vue. Sans repères, cela ne serait pas viable et je m’appuie donc sur mon expérience, confie le jeune papa. J’ai reçu ici un accueil all-star. Je dispose d’un appartement à deux pas de la salle, dans un quartier populaire. Le seul point négatif est l’absence de Makaan (NDLR : Tounkara) et de notre fils Rafael car les démarches administratives ont ralenti leur arrivée qui est maintenant imminente. »

Retour en Bretagne
« La Bretagne est une région que j’apprécie plus particulièrement car si ma maman est Espagnole, mon père est Breton. Chaque fin de saison, je débriefe avec mon staff à quelques encablures de Brest, rapporte l’ancien coach de Fleury Loiret HB. Je ne suis donc pas insensible à l’idée de jouer face à Bretagne HB, un club que j’apprécie particulièrement. Mais de prévenir : je ne me nourris pas du tout d’agressivité ni d’excitation par rapport à ce match où je vais retrouver Laurent Bezeau avec lequel je suis en relation. Ma méthode de travail consiste à ne pas reproduire la même routine quel que soit le match pour éviter de faire le yoyo émotionnel. L’idée est d’aborder un match de championnat au même titre que la Coupe d’Europe. Il faut donner des habitudes de travail et être professionnel tous les jours. »Le coach s’appuie ainsi sur les joueuses historiques du club et s’affaire à impliquer tout son collectif de 19 joueuses. « L’entraîneur précédent a joué pendant quatre mois avec huit joueuses. J’ai changé le relationnel. » Une stratégie qui prend forme aussi avec des échanges fructueux lors des longs déplacements en Russie. « Nous avons récemment joué 3 matches en cinq jours, une sorte de la Coupe de la Ligue mais avec des déplacements, des changements de climat avec décalage horaire. C’est un véritable choc culturel. »

Des points communs entre les deux extrêmes
« Notre salle est pleine à tous matches et il y a une belle ambiance. C’est un club moderne à l’identique de Brest. Le projet est aussi essentiellement privé et en cela le coup de projecteur sur ce match est très sympa. Frédéric Bougeant suit aussi d’un œil avisé la Ligue des Champions. Il se passe aussi quelque chose à Metz qui peut se qualifier pour les quarts. Cela constituerait une belle récompense de leur obstination et de leur acharnement car je sais combien c’est difficile de pérenniser un projet et des investissements dans le Handball féminin. Derrière Brest et Metz, il y un énorme fossé que Fleury avait réussi à réduire mais pas sur la durée. »

« La star de Brest, c’est son public »
Pour le coach brestrois, Laurent Bezeau, ce quart de finale constitue « certainement le plus grand rendez-vous dans l’histoire du club. Rostov est une belle équipe de Ligue des Champions qui a eu la malchance, entre autres, de tomber dans le groupe de la mort. Fred a depuis pris les commandes et Rostov sera l’équipe la plus forte que nous n’ayons jamais rencontrée. Elle est la favorite de cette Coupe EHF. Et d’ajouter : on ne joue pas encore dans la même cour mais ce sera un excellent moyen de s’étalonner sur ce qui se fait de mieux en Europe dans notre jeune histoire. » Le club breton - premier club de D2 victorieux de la Coupe de France 2016 - a déjà entamé sa campagne ambitieuse de recrutement pour les prochaines saisons et tient à se concentrer sur la LFH pour décrocher l’Europe. « Face à Rostov, nous allons essayer de survivre, sans calculs face à une équipe qui joue vite. De notre côté, depuis le 4 janvier, nous jouons tous les trois jours. Et l’effectif est amoindri avec des arrières sur le carreau. » Samedi après-midi, l’aréna de Brest devrait bouillir d’autant que les caméras de l’Equipe seront allumées. « Ce public donne une belle image du Handball féminin. Notre jeu n’est pas toujours flamboyant et la star de Brest c’est son public. »


Ligue des Champions féminine
Tour principal - Groupe 1 :
- Dimanche 5 mars à 15h - En direct sur beIN SPORTS Max 6 : Metz HB - HC Vardar (Mac)

Metz HB : deux chances pour atteindre les quarts
Sévèrement battues samedi dernier par le FTC Rail Cargo Hungaria (29-23), les Messines conservent toutefois leurs chances de qualification pour les quarts de finale de l’épreuve la plus relevée sur la scène continentale. La réception du Vardar Skopje d’Amandine Leynaud et d’Alexandra Lacrabère pourrait permettre aux Messines de valider leur billet pour les quarts. L’équipe macédonienne est d’ores et déjà qualifiée tandis que les joueuses de Manu Mayonnade auront une deuxième chance, lors de l’ultime match dans huit jours face aux Russes d’Astrakhan. Les Messines ont fait le plein de confiance en dominant mercredi soir Besançon (28-25) pour prendre la tête de la LFH. Seul bémol, l’indisponibilité confirmée de la défenseuse internationale, Béatrice Edwige qui « était incertaine à cause d’une entorse au genou », selon une communication sur le site officiel du club.


Coupe EHF masculine
Groupe A :
- Dimanche 5 mars à 17h30 : Saint-Raphaël Var HB - RD Riko Ribnica (Slo)

Les clubs masculins seront aussi de la partie ce week-end. En Coupe EHF, Saint-Raphaël Var HB recevra les Slovènes du RD Riko Ribnica avec l’objectif de prendre leurs premiers points dans le groupe A.


Ligue des Champions masculine - Velux
Barrages :
- Samedi 4 mars à 17h - En direct sur beIN SPORTS Max 9 : HC Morot Zaporozhye (Ukr) - Montpellier HB (retour le 11 mars)
- Dimanche 5 mars à 20h - En direct sur beIN SPORTS 3 : Naturhouse La Rioja (Esp) - HBC Nantes (retour le 11 mars)

Groupe A :
- Dimanche 5 mars à 18h - En direct sur beIN SPORTS 3 : Orlen Wilsa Plock (Pol) - Paris SG HB

La Ligue des Champions verra les trois clubs tricolores se déplacer : pour rester accrochés aux basques de Barcelone, les Parisiens devront s’imposer chez les Polonais d’Orlen Wilsa Plock. Pour Montpellier et pour Nantes, ce sera enfin la première manche du barrage pour accéder au tableau final avec les gros bras des poules A et B. Les hommes de Patrice Canayer défieront les Ukrainiens de HC Morot Zaporozhye tandis que la bande de Thierry Anti ne sera pas dépaysée face aux Espagnols de Naturhouse La Rioja en conclusion de ce formidable week-end européen. Trois matches à suivre en direct sur les canaux de beIN SPORTS.

Contribution le : 04/03 10:20:57
_________________
"Répéter n’est pas recommencer". D.Constantini
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Les coupes d'europe: c'est ICI
Modérateur
Inscrit:
13/02/2008 18:09
De Lanne
Groupe:
Animateur Site
Post(s): 4458
Niveau : 49
HP : 242 / 1214
MP : 1486 / 34656
EXP : 59
Hors Ligne
EHF Cup (F) – 1/4
C’est fini pour Brest et Nantes
le 13 mars 2017, Coupe EHF | Coupes d'Europe



Défaites lors du match aller, Brest et Nantes, les deux formations françaises encore engagées en Coupe EHF, n’ont pas réussi à redresser la barre sur la manche retour. Samedi, les Brestoises se sont inclinées à Rostov (19-28) et hier les Nantaises ont perdu à domicile contre Metzingen (28-31). Malgré ces éliminations, il faudra garder en mémoire les très belles phases de poule de ces deux équipes et s’appuyer sur ces expériences pour continuer à se construire et à grandir en vue de la saison prochaine.

La marche était finalement trop haute pour le BBH. Déjà handicapées par leur résultat à l’aller (21-26), les filles de Laurent Bezeau ont à nouveau subi la loi d’une formation qui se dirige à fond de train, à minima, vers la finale. Pourtant, les Brestoises ont d’abord accroché, une nouvelle fois, leur adversaire (9-9, 19′) mais, en vingt minutes, les filles de Fred Bougeant sont parvenues à plier le match. Avant la mi-temps déjà, Alexandrina Cabral Barbosa et Ana Paula Rodrigues ont appuyé sur la gâchette (13-8, MT) pour secouer une première fois les filles du Bout du Monde. Puis les Russes ont remis le couvert, dès le retour des vestiaires (22-12, 42′), se facilitant encore davantage leur tâche pour décrocher leur qualification. Malgré le score, les Brestoises n’ont jamais rien lâché, s’appliquant jusqu’au bout, faisant tourner leur effectif aussi pour s’incliner de neuf buts au final (28-19, FT).


« C’est une équipe qui est vraiment au-dessus de nous, explique Laurent Bezeau. Il y a un monde d’écart. L’intensité n’est pas la même, c’est clair. Dès qu’on fait une erreur, on est châtiés et quand c’est à nous d’en profiter, on perd les ballons… On a connu trop d’imprécisions et d’erreurs individuelles face à une formation qui n’en commet presque pas. Peut-être que ça va effectivement nous permettre d’être mieux en championnat parce que pour le moment, ce n’est pas glorieux. En Coupe d’Europe, le bilan est tout de même très positif parce qu’en début de saison, l’objectif était de se qualifier pour la phase de poules. On y est arrivés, et heureusement avec l’’effectif qu’on avait. Aller en quart, c’était un plus. On a eu la malchance de tomber contre Rostov. Je vois en tout cas que si on veut prétendre à autre chose en Coupe d’Europe, il y a des étapes importantes à franchir. On est en pleine phase d’apprentissage. »

Dans leur Trocardière, Nantes a bien cru pouvoir renverser la vapeur de leur défaite du match aller (23-27). Après vingt premières minutes disputées (11-11, 22′), les Roses ont réussi à faire leur premier écart grâce à un 3-0 flanqué par le trio Clavel – Chesneau – Soulard (15-12, 27′). Mais, de retour des vestiaires, Metzingen a su, comme en première période, exploiter les exclusions temporaires adversaires pour revenir au score. Avec 8 buts marqués, Luca Szekerczes fut quasi irréprochable au pénalty (8/9 à cet exercice, 10/11 au total), les Tussies pouvant également s’appuyer sur une Marlène Zapf solide dans les moments clés. Rejointes, puis dépassées, les Nantaises avaient alors laissées passer leur chance (23-24, 44′) laissant leur adversaire filer vers les quarts de finale (28-31, FT).

Toutes deux auteures de phases de poule très solides, ces deux formations françaises peuvent tout de de même sortir de la Coupe EHF la tête haute. Surtout, avec un brin d’expérience en plus, elles pourront espérer encore mieux sur la scène européenne en cas de qualification la saison prochaine.

Dans les autres matchs, Nykobing a éliminé Randers dans une seconde manche tendue (28-23 / aller : 24-27) et Bietigheim a su préserver son avance malgré sa défaite au Kuban Krasnodar (26-31 / aller : 33-26).

Programme des quarts de finale (aller les 8/9 avril, retour les 15/16 avril) :
Bietigheim (Allemagne) – Nykobing (Danemark)
Metzingen (Allemagne) – Rostov (Russie)

Contribution le : 18/03 01:25:54
_________________
"Répéter n’est pas recommencer". D.Constantini
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Les coupes d'europe: c'est ICI
Modérateur
Inscrit:
13/02/2008 18:09
De Lanne
Groupe:
Animateur Site
Post(s): 4458
Niveau : 49
HP : 242 / 1214
MP : 1486 / 34656
EXP : 59
Hors Ligne
LdC (F) – J10
Avant d’affronter un Metz solide, Györ bat Larvik
le 13 mars 2017, Coupes d'Europe | Ligue des Champions

image: https://i1.wp.com/handnews.fr/wp-conte ... rk-1.jpg?resize=640%2C460

Alors que Metz s’est largement imposé à Astrakhanochka samedi (28-20), Györ est allé taper Larvik, en Norvège (26-25). Les deux équipes se retrouveront en quart de finale de Ligue des Champions au mois d’avril (aller entre le 7 et 9 / retour entre le 14 et 16).

Déjà qualifiées, les Messines ont tenu à rendre la meilleure copie en prenant avec le plus grand sérieux leur dernier match en Russie. Pas aidées par la blessure à l’épaule de Karina Sabirova, leur meilleure buteuse, les joueuses d’Astrakhan ont pourtant livré un meilleur début de match que leurs homologues françaises (5-3, 9′). Encore fatiguées de leur périple pour rejoindre le sud de la Russie, les filles de Manu Mayonnade ont d’abord joué avec le frein à main pendant l’ensemble de la première période (13-11, MT) avant passer la seconde lors du deuxième acte. Beaucoup plus solides défensivement, Grace Zaadi et les siennes se sont alors bien facilitées la tâche en exploitant toutes les pertes de balle adverses. Ailly Luciano en contre-attaque, Xenia Smits et Ana Gros sur la base arrière bref, tout s’est finalement bien déroulé jusqu’en fin de rencontre avec, au buzzer, une large victoire à la clé (20-28, FT).

De leur côté, Györ avait un match de gala à Larvik, en forme olympique depuis fin janvier. Après une première période plutôt équilibrée (12-14, MT), les Hongroises ont infligé un 6-1 aux Norvégiennes dès le retour des vestiaires (13-20, 37′). Avec une Nora Mork et une Eduarda Amorim (6 buts chacune) décisives, on aurait pu croire que les Scandinaves allaient se perdre une gifle à domicile… Mais il n’en fut rien. Après leur temps-mort, Linn-Kristin Koren Riegelhuth (11 buts) et les siennes se sont remis la tête à l’endroit en marquant un 5-0 et en relançant tout l’intérêt du match (18-20, 43′). Jamais pourtant, elles ne parvinrent à égaliser (25-26, FT), laissant Györ terminer ce tour principal avec 17 points.

Contribution le : 18/03 01:26:51
_________________
"Répéter n’est pas recommencer". D.Constantini
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Les coupes d'europe: c'est ICI
Modérateur
Inscrit:
13/02/2008 18:09
De Lanne
Groupe:
Animateur Site
Post(s): 4458
Niveau : 49
HP : 242 / 1214
MP : 1486 / 34656
EXP : 59
Hors Ligne
LdC (M)
La France passe un cap
le 13 mars 2017, | Ligue des Champions

image: https://i0.wp.com/handnews.fr/wp-conte ... 2888.jpg?resize=640%2C427

Avec trois clubs qualifiés en huitièmes de finale de la Ligue des Champions, le handball français réussit un tir groupé qui en dit beaucoup sur la progression des clubs sur la scène européenne. La nouvelle formule de la Ligue des Champions, entrée en vigueur la saison passée, tend à conserver un large socle commun de participants aux huitièmes de finale année après année.

image: https://i0.wp.com/handnews.fr/wp-conte ... 7517.jpg?resize=300%2C200
Le handball français a vécu un week-end historique. Habitué aux succès de son équipe nationale, il a souvent été en retrait à l’heure des joutes européennes en club. Montpellier, qui va disputer son quinzième huitième de finale sur les dix-sept dernières saisons, a longtemps été bien seul à ce stade de la compétition pour représenter les intérêts hexagonaux. Avec Nantes et le PSG qui l’accompagnent cette saison, la France compte donc trois représentants parmi les 14 meilleures formations du handball continental. La Starligue fait ainsi aussi bien que la Bundesliga qui place Flensburg, Kiel et Rhein Neckar Löwen en huitièmes de finale. La France et l’Allemagne seront les plus représentés, devant la Hongrie (Veszprem, Pick Szeged) puis l’Espagne (Barcelone), la Biélorussie (Meskhov Brest), la Macédoine (Vardar Skopje), la Pologne (Kielce), le Danemark (Silkeborg) et la Croatie (Zagreb).
La France en progression

Dans la hiérarchie européenne, la Starligue affiche une progression par rapport à la précédente édition qui marquait le lancement de la nouvelle formule de la Ligue des Champions. Il y a un an, Montpellier et le PSG étaient présents au festin des huitièmes, mais avec deux représentants « seulement ». La France était distancée par l’Allemagne (Flensburg, Kiel, Rhein Neckar Löwen) et faisait aussi bien que la Hongrie (Veszprem, Pick Szeged) et la Pologne (Kielce, Plock). Depuis le zéro pointé des clubs français en 2012-2013 (aucun représentant en huitièmes), le handball hexagonal a toujours eu au moins une de ses équipes qualifiées à ce stade de la compétition : le PSG en 2013-2014, Montpellier, le PSG et Dunkerque un an plus tard, puis les héraultais et les parisiens à nouveau l’année passée.
Nantes, une performance remarquable

image: https://i2.wp.com/handnews.fr/wp-conte ... 2956.jpg?resize=300%2C200
La présence de Nantes en huitièmes de finale mérite une attention toute particulière. Les joueurs de Thierry Anti ont en effet réalisé un parcours quasi sans faute pour leur première participation à la plus grande compétition européenne (10 victoires en 12 matches). Depuis la mise en place de la nouvelle formule l’année passée, la stabilité prévaut parmi le Top 14 européen. Seuls Nantes et les danois de Silkeborg font leur entrée dans ce cercle très fermé, remplaçant les polonais de Plock et les ukrainiens du Motor Zaporozhye. En étendant la comparaison aux cinq dernières saisons, cinq formations seulement ont été présentes à chaque édition en huitièmes de finale : Flensburg, Kiel, Barcelone, Veszprem et Kielce. Pas étonnant que ces équipes soient régulièrement dans le dernier carré de la compétition. Le Vardar Skopje et le Pick Szeged ont quant à eux raté une seule fois la marche des huitièmes de finale en cinq ans. L’expérience s’avère fondamentale dans ce type de compétition.
Le retour du Danemark, l’absence de la Slovénie

Absent des huitièmes de finale la saison passée, le Danemark retrouve cette année son rond de serviette au grand festin du handball européen. Silkeborg prend en effet la suite d’Aalborg et Copenhague (2013-2014 et 2014-2015) et se rappelle au bon souvenir des fans européens. Le club avait en effet déjà atteint ce stade de la compétition en 2012-2013 lorsqu’il s’appelait alors Bjerringbro-Silkeborg. La dynamique est en revanche bien moins positive pour la Slovénie qui, après avoir placé Celje et Gorenje-Velenje en huitièmes en 2013 et 2014, est complètement absente depuis. La Russie vit également une disette à ce stade de la compétition depuis la présence de Tchekhov en 2013. A l’opposé, l’Allemagne est la plus régulière avec quatre clubs qualifiés en huitièmes de finale en 2013 et 2014 puis trois représentants depuis 2015 (Flensburg, Kiel, Rhein Neckar Löwen). Avec au moins un club assuré en quarts de finale cette année, la France a quant à elle l’ambition d’être à nouveau présente au Final 4 à Cologne début juin. Pour confirmer qu’elle joue vraiment dans la cour des grands d’Europe.

Contribution le : 18/03 01:27:54
_________________
"Répéter n’est pas recommencer". D.Constantini
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Les coupes d'europe: c'est ICI
Modérateur
Inscrit:
13/02/2008 18:09
De Lanne
Groupe:
Animateur Site
Post(s): 4458
Niveau : 49
HP : 242 / 1214
MP : 1486 / 34656
EXP : 59
Hors Ligne
LdC (F)
Le programme des quarts de finale
le 13 mars 2017,| Coupes d'Europe | Ligue des Champions
Tweet

A l’issue du tour principal de Ligue des Champions, on connaît désormais toutes les affiches des quarts de finale de la plus prestigieuse des compétitions européennes. Acté depuis la semaine passée, Metz défiera le grand Györ. En arrachant sa première place lors de la dernière journée, le Vardar Skopje s’est octroyé l’équipe à priori la plus faible de ces quarts, le FCM. Le Bucarest versus FTC sentira forcément la poudre tandis que Buducnost affrontera Larvik.

Aller prévu entre le 7 et 9 avril. Retour prévu entre le 14 et 16 avril.

FC Midjtylland (Danemark) – Vardar Skopje (Macédoine)

METZ HANDBALL – Györ (Hongrie)

CSM Bucarest (Roumanie) – FTC Rail Cargo Hungaria (Hongrie)

Buducnost (Monténégro) – Larvik (Norvège)

Contribution le : 18/03 01:35:59
_________________
"Répéter n’est pas recommencer". D.Constantini
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Les coupes d'europe: c'est ICI
Modérateur
Inscrit:
13/02/2008 18:09
De Lanne
Groupe:
Animateur Site
Post(s): 4458
Niveau : 49
HP : 242 / 1214
MP : 1486 / 34656
EXP : 59
Hors Ligne
LSL
Dunkerque refoulé de la coupe EHF !
le 27 juin 2017,


Après avoir fini sixième du dernier championnat, Dunkerque pensait bien avoir le droit à son invitation à la coupe EHF la saison prochaine. Les instances européennes en ont décidé autrement.

Il n’y aura pas, pour la troisième saison consécutive, trois clubs français sur la ligne de départ de la coupe EHF la saison prochaine. Si Toulouse il y a deux ans et Créteil la saison passée avaient pu bénéficier d’une wild-card, l’EHF a refusé l’invitation à Dunkerque pour la prochaine édition, laissant donc Saint-Raphaël et Chambéry comme les deux seuls clubs engagés dans la compétition. On pensait pourtant que le passé européen du club nordiste, avec sa participation à la finale de la compétition en 2012 et ses deux apparitions en Champions League en 2014 et 2015 auraient suffi à convaincre les décideurs européens, mais de toute évidence ceux-ci ne l’ont pas entendu de cette oreille. « Ne pas jouer cette coupe d’Europe est une vraie déception. On avait des arguments à faire valoir, notre expérience récente dans les compétitions européennes notamment. Je ne sais pas exactement quels sont les critères sur lesquels nous avons été jugés, mais je reste beau joueur. On sait aussi qu’une victoire dans un match à notre portée en première partie de saison nous aurait évité ce genre de tracas » explique le président dunkerquois Jean-Pierre Vandaele, dont le club va quand même poser appel de la décision, au cas où. « Des fois que des clubs se désistent, car ils n’auraient pas les moyens de jouer cette coupe EHF. Faire cette coupe d’Europe tenait à cœur à tout le monde au club, sportivement mais aussi pour avoir la possibilité de montrer de manière positive notre ville. Mais cette désillusion va nous forcer à travailler encore plus la saison prochaine pour nous qualifier automatiquement ». Le club nordiste, qui ne jouera donc que les compétitions nationales à partir de septembre, a-t-il payé la note des éliminations prématurées de Toulouse et Créteil ces deux dernières saisons, défaits dès leur entrée en lice après avoir obtenu une invitation ? Nul ne le saura sans doute jamais. Toujours est-il qu’après la non qualification de Saint-Raphaël en Champions League la saison passée, c’est la deuxième désillusion en deux ans dont souffrent les clubs français au niveau européen.

Contribution le : 09/07 22:28:15
_________________
"Répéter n’est pas recommencer". D.Constantini
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Les coupes d'europe: c'est ICI
Modérateur
Inscrit:
13/02/2008 18:09
De Lanne
Groupe:
Animateur Site
Post(s): 4458
Niveau : 49
HP : 242 / 1214
MP : 1486 / 34656
EXP : 59
Hors Ligne
LDC F : Metz s’offre un tirage favorable, Brest retrouvera Rostov-Don
1 Juillet 2017 | Europe > Champion's League

Le tirage au sort de la Ligue des Champions a eu lieu à Ljubljana et on en sait un peu plus sur ce qui attend les clubs français cette saison. Les Messines, attendues au tournant après leur jolie épopée en 2017 jusqu’aux quarts de finale, débuteront l’aventure dans un groupe favorable. Pour sa toute première fois en revanche, Brest n’a pas été épargné ...

Metz aura le privilège de l’expérience
Malgré les départs de Slađana Pop-Lazić, Tamara Horacek ou de Camille Aoustin, précieuses dans l’exercice 2016/2017, l’équipe de Metz a toutes les armes en sa possession pour triompher du groupe D dans lequel le tirage de la Ligue des Champions l’a envoyé ce vendredi 30 juin. Renforcé par le retour au pays de Laurisa Landre et de Manon Houette, le collectif d’Emmanuel Mayonnade reste stable et en confiance : ce sera là son principal atout pour aller chercher la jeune équipe de Budućnost, le néophyte Bietiegheim ou le vainqueur du tournoi de qualification numéro 1.

Les Dragonnes savent battre les Monténégrines, elles l’ont prouvé la saison passée : peut-on imaginer autre chose qu’une victoire face à un collectif en pleine restructuration qui a vu partir toutes ses stars à l’intersaison ? Exit Cristina Neagu, partie à Bucarest ou Katarina Bulatović, transférée au Rostov-Don de Siraba Dembélé et de Fred Bougeant. Plus de Dragana Cvijić, engagée au Vardar d'Amandine Leynaud et d'Alexandra Lacrabère, ni de Kinga Achruk, rentrée en Pologne : Budućnost a fait le pari de l’avenir. Pour sa première participation, Bietiegheim n’en est pas moins un opposant qui peut faire frémir : Tess Wester, Maura Visser, Angela Malestein ou Martine Smeets … les Néerlandaises ont participé à écrire l’aventure d’une équipe qui n’a pas perdu un seul match de Bundesliga la saison passée, ce qui n’était jamais arrivé dans l’histoire du championnat. Elles ont ainsi détrôné le bien connu Thüringer, qui devrait néanmoins se qualifier pour les phases de groupe. Enfin, il faudra également se méfier des Vipers de Kristiansand, favorites du premier tournoi de qualification. Le club norvégien qui a recruté les sœurs Lunde a quelques tours dans son sac ; on retrouve ainsi quelques internationales - Malin Aune, Emilie Arntzen ou Marta Tomac – dans l’effectif qui jouera également sa première Ligue des Champions.

Brest dans un groupe de la mort
Même avec beaucoup de volonté, il aurait été difficile de faire pire pour le baptême de Brest, invité par l’EHF dans la compétition reine. Alors certes, le petit poucet du bout du monde a de grandes ambition et un recrutement de qualité – on pense aux Serbes Pop-Lazić et Stoijlković, aux Suédoises Idehn et Sand ou à Sophie Herbrecht, sortie de sa retraite pour l’occasion – néanmoins, il sera bien difficile d’aller chercher les autres équipes du groupe B. Impossible n’est pas Breton, les joueuses de Laurent Bezeau retrouveront les Russes de Rostov qui les avaient fait tomber en coupe EHF avant de la remporter. Elles se frotteront aux tenantes du titre, les Hongroises de Györ qui ont choisi Stine Oftedal et Anja Althaus pour renforcer un collectif déjà blindé. Enfin, elles défieront les Danoises du FC Midtjylland, complètement rodées à l’exercice européen.

Dans les autres groupes, on retrouve également plusieurs nouveaux : Nykøbing Falster HB, champion danois, et Vistal Gdynia, champion polonais. On pourra aussi signaler l’hémorragie à Larvik : pas moins de 11 joueuses ont quitté le club cet été, Amanda Kurtovic et Marit Frafjord ayant décidé de rejoindre Bucarest, où prolongent Camille Ayglon-Saurina et Gnonsiane Niombla.

Groupe A : CSM Bucuresti – Nykøbing Falster HB – RK Krim Mercator – Vistal Gdynia
Groupe B : Györi Audi ETO KC – Rostov-Don – FC Midtjylland – BREST BRETAGNE HB
Groupe C : HC Vardar – Larvik – FTC Rail Cargo Hungaria – Qualifié 2*
Groupe D : Budućnost – METZ HB – SG BBM Bietigheim – Qualifié 1*
* Tournoi 1 avec Vipers Kristiansand, HC Gomel, Podravka Koprivnica et Kastamonu Belediyesi ; tournoi 2 avec Thüringer HC, CB Atlético Guardés, H65 Höör et Hypo Niederösterreich.

Les matchs de la phase de groupe débuteront le week-end du 6 au 8 octobre pour s’achever à la veille de la trêve internationale, le week-end du 17 au 19 novembre.

Contribution le : 09/07 22:29:52
_________________
"Répéter n’est pas recommencer". D.Constantini
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer


Re: Les coupes d'europe: c'est ICI
Modérateur
Inscrit:
13/02/2008 18:09
De Lanne
Groupe:
Animateur Site
Post(s): 4458
Niveau : 49
HP : 242 / 1214
MP : 1486 / 34656
EXP : 59
Hors Ligne

Contribution le : 09/07 22:30:48
_________________
"Répéter n’est pas recommencer". D.Constantini
Créer un fichier PDF de la contribution Imprimer



 Haut   Précédent   Suivant
« 1 2 (3)




Enregistrer votre réponse
Compte*
Nom   Mot de passe    
Message:*


Vous ne pouvez pas débuter de nouveaux sujets.
Vous pouvez voir les sujets.
Vous ne pouvez pas répondre aux contributions.
Vous ne pouvez pas éditer vos contributions.
Vous ne pouvez pas effacez vos contributions.
Vous ne pouvez pas ajouter de nouveaux sondages.
Vous ne pouvez pas voter en sondage.
Vous ne pouvez pas attacher des fichiers à vos contributions.
Vous ne pouvez pas poster sans approbation.

[Recherche avancée]